© 2020 by AJ Projets & Formation

  • Facebook Social Icon
    • AJ Projets & Formation

    L'avenir : un pari fou ?!

    Mis à jour : mars 25

    Il y a quelques mois j'ai participé à l'expérience #2038 du CNAM Pays de la Loire. Il s'agit d'une petite salle immersive où nous sommes transportés en 2038 pour imaginer collectivement de nouvelles manières d'habiter, de se nourrir, de bouger... en repensant la dépendance aux énergies fossiles. En sortant de notre heure d'immersion, une des co-participantes a évoqué la nécessité de construire de nouveaux récits pour pouvoir se projeter dans un avenir durable et positif, et cela m'a véritablement interpellé.

    Plusieurs acteurs réfléchissent à cette question en lien avec la transformation des territoires et cela me semble être une piste à intégrer dans mes pratiques d'accompagnement des organisations et collectivités territoriales.


    Je découvre notamment un article publié par la 27ème Région dans son blog intitulé "Quels récits et quels imaginaires pour la transformation publique" et je retiens plusieurs points :

    - Selon David Kaplan de l'Université de la Pluralité, "L'imaginaire se construit dans les esprits et a une dimension fondatrice, il filtre nos perceptions et nourrit nos représentations du monde", d'où la nécessité surtout en temps de crise, de se tourner vers l'imaginaire pour construire des récits et ainsi convoquer d'autres possibles.

    - Les grands récits occidentaux tels le progrès technique, la religion, la croissance économique se sont effondrés dans les années 60-70 et n'ont pas été remplacés, nous laissant sans repères et en difficulté pour nous projeter dans l'avenir. Comme le précise David Kaplan, nous avons besoin de nouveaux récits pour "se figurer l'impensable et mettre les esprits en mouvement." En d'autres termes, pour retrouver du sens et impulser des transformations et ce dans un espace public ouvert à tous.

    - En terme de pistes concrètes, l'article suggère que les laboratoires d'innovation publique sont des lieux adaptés pour aller au-delà de la prospective qui ne permet pas toujours de rompre avec le présent et, à travers des histoires et récits parfois fous rendre l'impossible possible pour "construire un récit mobilisateur".


    Après tout, Jules Verne avait bien imaginé en son temps qu'on puisse écouter les nouvelles plutôt que de les lire dans un journal, et qu'on pourrait communiquer par "Téléphote", autrement dit, par visioconférence !


    9 vues