• AJ Projets & Formation

Consolider une démarche participative... ou citoyenne ? Par quel bout prendre les choses ?

AJ Projets & Formation accompagne le Département du Maine et Loire depuis le mois de janvier sur la structuration d'un réseau d'ambassadeurs de la citoyenneté. Le Département s'est doté d'une politique ambitieuse en matière de citoyenneté avec, comme axe fort, la volonté d'apporter une aide aux communes dans leurs propres démarches. Parmi les outils proposés : une plateforme de dialogue en ligne, une expo à emprunter, des expérimentations à reproduire sur son propre territoire, et enfin le réseau d'ambassadeurs de la citoyenneté.


Dans un premier temps, nous avons travaillé sur deux axes :

- Clarifier ce que chacun, membre actuel de ce réseau, met derrière les mots, identifier les attentes vis-à-vis d'un réseau tel que décrit sur le site du Maine et Loire ICI. En effet, le spectre est large, entre des agents territoriaux qui souhaitent échanger des bonnes pratiques sur la participation citoyenne et des élus qui souhaitent donner à voir ce qui se passe en matière de citoyenneté sur leur territoire.

- Clarifier le rôle du Département : en quoi est-il légitime pour appuyer les démarches des communes en matière de participation citoyenne et de citoyenneté ?



Ce travail (mené dans les territoires, en ligne, au Département), nous a permis d'identifier que les représentations autour de la notion de participation sont multiples : pour certains, la participation citoyenne est intimement liée à la décision politique. Son déploiement vient dire quelque chose sur la place accordée par les élus aux habitants dans le processus de décision.

Pour d'autres, la participation citoyenne, c'est tout simplement le fait de pouvoir engager des actions collectives et citoyennes, de mener des actions concrètes sous-tendues par des valeurs humaines et humanistes. Le groupe décide in fine de mettre l'accent sur cette vision très large de la participation, peut-être plus proche de la notion de citoyenneté que de celle de la participation citoyenne.


L'accompagnement a également révélé que :

  • sur le terrain, les besoins en ingénierie sont multiples pour soutenir la mise en place de projets citoyens (comportant ou non un volet participatif). La question de l'animation du réseau à moyen-long terme se pose également. Le Département pourrait-il endosser ces deux rôles ?

  • de manière générale, sortir des sentiers battus dans la proposition de projets citoyens n'est pas aisé. Pourtant, c'est un gage de mobilisation citoyenne : comment faire pour que les habitants aient envie de devenir de véritables acteurs des territoires et non pas simplement des "consommateurs" de projets citoyens ? En caricaturant, comment passer d'un projet où l'on est invité à ramasser des déchets (nécessaire mais pas forcément motivant) à impulser des actions comme les familles zéro-déchets par exemple ? Au-delà de la notion de citoyenneté classique, c'est le pouvoir d'agir individuel et collectif qui est réinterrogé dans ce questionnement.

L'accompagnement touche à sa fin, d'ici quelques semaines. Les membres du réseau ont réalisé un formidable travail d'écoute réciproque des visions et objectifs des uns et des autres dans un réel exercice d'intelligence collective. Le socle du réseau semble plus solide car nos séances ont permis de clarifier des éléments et de poser de nouvelles questions. Maintenant chacun est prêt à passer à l'action - et c'est peut-être dans quelques mois qu'un premier bilan pourra être mené pour mesurer si effectivement ce réseau répond aux besoins exprimés dans les territoires en matière de citoyenneté.